Back to top

FAQ Ressources Humaines

Puis-je collaborer avec MSF sur une courte durée ou pendant les vacances d'été ?

La plupart des postes dans nos projets sont d'une durée supérieure à six mois, c'est pourquoi nous exigeons une disponibilité minimale de 12 mois pour commencer le processus de sélection. Nous n'acceptons une durée inférieure que pour quelques postes concrets (chirurgiens/nes, anesthésistes, et gynécologues).

Puis-je collaborer avec MSF avant de terminer ma formation ou dans le cadre de mon stage ?

Une des conditions requises essentielles pour travailler avec MSF sur le terrain est d'avoir achevé la formation correspondant au poste à pourvoir. En outre, le candidat doit avoir au moins deux ans d'expérience professionnelle dans le domaine dans lequel il souhaite travailler. MSF ne permet pas de réaliser son stage professionnel sur le terrain.

Combien de temps le processus de sélection dure-t-il ? Quel est le délai jusqu’à l'affectation à une mission ?

Le processus de sélection est d'une durée variable (de 3 à 6 mois en moyenne) selon la disponibilité des postes sur le terrain et le profil du candidat. Il s'agit d'un processus approfondi au cours duquel nous cherchons le poste le plus approprié pour chaque profil sélectionné et nous fournissons au candidat des informations pertinentes sur l'organisation.

Nous effectuons une sélection continue des personnes pour travailler sur le terrain, mais l'affectation à la première mission dépend des besoins des projets. Une fois que la personne a réussi le processus de sélection, et si les circonstances le permettent, elle devra passer par une période d'induction/de formation de plusieurs jours avant de rejoindre un projet.

Puis-je choisir la destination de ma première mission ?

MSF assignera la destination de la première mission. Il faut tenir compte du fait que MSF cherche des professionnels engagés dans l'aide humanitaire et médicale, quel que soit le contexte dans lequel celle-ci soit apportée. Dans cette optique, la souplesse et le sens de l'adaptation des candidats sont des compétences essentielles pour tout travailleur humanitaire de MSF.

L'organisation, en tant qu'employeur responsable, fournit au travailleur expatrié les informations nécessaires afin qu'il puisse donner son consentement éclairé à son départ pour le terrain. Il est fondamental que pendant le processus de sélection, le candidat se renseigne correctement sur les lieux d'intervention de MSF et les conditions de départ. Toutefois, si au moment de l'attribution à une mission, l'expatrié a de sérieux doutes quant à la destination où il devra se rendre (haute perception d'insécurité), il doit en aviser l'organisation afin d'étudier d'autres options possibles.

Puis-je travailler dans mon propre pays en tant qu'expatrié ?

Il est rare qu'un employé de MSF ayant le statut d'expatrié puisse travailler dans son propre pays. La définition d’expatrié implique le départ du pays d'origine, dans le cas de MSF, pour travailler dans l’aide médicale et humanitaire internationale.

Ma famille peut-elle m'accompagner ?

Les conditions de vie et de travail avec MSF sont souvent incompatibles avec la présence de personnes ne participant pas aux projets. La présence de familles sur les projets est rare et dépend avant tout des conditions de sécurité du lieu. Chaque cas est étudié séparément. Quoi qu'il en soit, une personne travaillant pour la première fois avec MSF ne sera en aucun cas accompagnée de sa famille.

Lors de ma première mission, puis-je être accompagné de mon conjoint ou d'une personne à charge ?

Exception faite des postes de coordination, l'ensemble du personnel expatrié de MSF ne peut pas partir sur le terrain avec son conjoint, du moins pendant les 12 premiers mois de travail au sein de l'organisation. Après ce délai, seuls les couples dont les 2 membres travaillent à MSF pourront demander une mission conjointe.

La collaboration professionnelle avec MSF est-elle rémunérée ou bénévole ?

Les conditions salariales ne sont pas la principale motivation des personnes travaillant à MSF, bien que l'organisation veille à couvrir un minimum nécessaire. À cet égard, nous utilisons une grille de salaires structurée en 3 catégories de postes (généraux, coordination et chef de mission). Chacune de ces catégories possède un maximum de 14 niveaux de salaires représentant les années d'expérience. Lors de la première année, tout le personnel a un salaire de départ restreint (environ 1 100 €/mois bruts). Après ce délai, une revalorisation salariale est calculée en fonction des années d'expérience professionnelle de chaque candidat, dûment certifiées.

Quelles perspectives de carrière professionnelle MSF offre-t-elle ?

L'aide humanitaire a besoin de professionnels expérimentés et prêts à offrir un haut niveau de compétences techniques et personnelles. À cet égard, MSF est prête à donner la possibilité d'évolution professionnelle aux personnes souhaitant s’engager au sein de l'organisation. Pour cela, nous misons sur l'évolution de carrière professionnelle de nos employés au moyen d'un système de promotion interne, de formation technique internationale, d'aide financière pour réaliser des formations externes, de possibilité de contrats de longue durée et de programmes de soutien sur le terrain.

MSF dispose-t-elle d'une politique de formation ?

La politique de formation s'adresse aux personnes collaborant de façon continue et s'engageant de façon durable envers MSF. En plus des séminaires que nous organisons au niveau national et international, il est possible d'obtenir une aide financière pour effectuer d’autres formations externes. La formation continue de nos ressources humaine est l'une de nos priorités.

Mon niveau de langues étrangères est-il important pour travailler sur le terrain ?

Il est indispensable d'avoir un bon niveau d'anglais, français, arabe ou portugais, et la connaissance d'au moins 2 de ces langues est un plus. MSF étant une organisation internationale, nos équipes sont composées de personnes d'origines diverses qui utilisent la langue dominante du pays où elles accomplissent leur mission comme langue commune de travail. De plus, la connaissance de plusieurs langues est une valeur ajoutée dans l'affectation à une mission, et pour pouvoir évoluer au sein de l'organisation et dans divers contextes.

Y a-t-il une limite d'âge pour travailler sur un projet ?

Non, mais il faut tenir compte des conditions de vie et de travail sur le terrain. La plupart des personnes travaillant sur le terrain pour la première fois ont entre 25 et 40 ans.